JFB

JFB

Budapest : Schubert et Donizetti réunis pour le temps d´une soirée

                          Concert de la Toussaint au Palais des Arts (Müpa) Si vous me demandiez ce qu’il y a de commun entre Franz Schubert et Gaetano Donizetti, je serais bien en peine de vous répondre, sinon qu´ils furent tous deux nés la même année (1797). Avec cette différence que le second survécut vingt ans au premier. Et pourtant, deux compositeurs associés dans un même concert en cette soirée de la Toussaint. De plus, avec deux œuvres de caractères a priori foncièrement différents : une symphonie du premier et le Requiem du second. Pour combler le tout, agréable cerise sur le gâteau, des œuvres dirigées par une jeune femme, au demeurant charmante, l´Italienne Speranza Scappucci (46 ans).  

1956 : 63 ans déjà…

A supposer qu´ils avaient alors à peine 20 ans, les combattants de 1956 ont aujourd’hui plus de 80 ans… Des journées qui, pour la grande majorité, relèvent donc davantage des manuels d´Histoire que du souvenir… Comment ces nouvelles générations abordent-elles cette période ? Difficile à dire...

Viktor Orbán… glorieux descendant d´Attila?

Savez-vous qui étaient les „Kiptchaks” ? A ma honte, j´avoue personnellement l´avoir ignoré jusqu’ici… Jusqu´au jour où, assistant récemment à Bakou au Conseil turcique (Conseil des États turcophones), le Premier ministre hongrois a transmis aux membres présents le „salut de leurs frères kiptchaks de Budapest”. Était-ce de l´humour ou, plus vraisemblable, était-ce à demi sérieux ? En tous les cas, voilà qui prête à sourire et, comme l´on pourra aisément l´imaginer, fait ici l´objet de plaisanteries diverses, du moins chez les mauvais esprits.

Marathon des films classiques, la fête budapestoise du cinéma

C’est par un incontournable français concocté dans la clandestinité sous l’Occupation (« Les Enfants Du Paradis » de Marcel Carné, Jacques Prévert, Joseph Kozma et Alexandre Trauner) suivi d’une coproduction franco-magyare (« Les Héritières » de Márta Mészáros avec une somptueuse Isabelle Huppert) que le marathon des films classiques s’est ouvert le 4 septembre à Budapest. Le lendemain, nostalgiques et amateurs du septième art hexagonal ont pu découvrir la version restaurée des « Parapluies de Cherbourg », chef-d’oeuvre de Jacques Demy, plus de 50 ans après sa sortie en salles.

Budapest : une saison musicale 2019-2020 qui démarre sous de bons auspices…

A peine rentrés d´une tournée chaleureusement accueillie aux Etats-Unis, en passant par Copenhague et Merano, les membres de l´Orchestre du Festival de Budapest (BFZ) n´ont gère pris le temps de souffler. Pour se lancer dans la campagne hongroise et y donner une série de concerts gratuits dans le cadre d´une semaine dite „des Communautés” (1). Rien de nouveau, à vrai dire, car c´est là une habitude prise depuis maintenant cinq années.  Non pas l´Orchestre au grand complet, certes, mais presque, avec sa formation de chambre, soit soixante musiciens qui, d´Est en Ouest, du Nord au Sud, auront sillonné le pays.

Hongrie : quand les animaux font la fête… „Nuit des zoos” (30 août 2019)

Cela avait débuté par la „Fête de la Musique” instaurée en 1982 par Jack Lang. Manifestation qui se prolonge jusque dans la nuit, sa date, 21 juin, correspondant au solstice d´été. Une initiative d´emblée couronnée de succès au point qu´elle a été depuis reprise dans 120 pays. Puis ce fut, également sur une initiative venue de France, la „Nuit des Musées”, rebaptisée depuis en „Nuit européenne des Musées”. A partir de là, toutes sortes de „Nuits” thématiques florissent un peu partout, au gré des imaginations. Bref, une mode qui semble faire un tabac.

En Hongrie, les démocrates américains préparent l’offensive contre Trump

En Hongrie, les démocrates américains préparent l’offensive contre Trump
«S’il y a une chose sur laquelle nous sommes tous d’accord, c’est que peu importe le candidat choisi, il est impératif que nous vainquions Trump», affirme d’emblée Merrill Oates, à la tête de la branche hongroise du parti démocrate américain. Avec plus d’une année avant les élections du 3 novembre 2020, tout est mis en place au pays magyar pour éviter que l’histoire se répète.

Bal à l’Institut français

Pour marquer la fête nationale française, l’Institut français de Budapest a convié les Budapestois et Budapestoises à un bal ce vendredi, à la veille du 14 juillet. Le directeur de l’Institut, Frédéric Rauser, et l’organisateur de l’événement, Florent Heridel, ont bien voulu s’adresser au JFB concernant cette tradition vieille de presque 20 ans à Budapest.