Edito

Edito
Chères lectrices,  chers lecteurs, installez-vous confortablement, enlevez votre masque, c’est le moment idéal de (re)découvrir notre journal et son nouveau site internet. Feuilletez-le, plongez dans nos archives, vous trouverez au-delà d’un portail culturel et d’actualités franco-hongrois un large éventail de sujets à découvrir.

Festival Flamenco - Nîmes

Flamenco
Entre sang et chant mêlés, le flamenco va offrir sa flamme pendant 10 jours pour réchauffer le cœur de l’hiver nîmois. Interprètes de l’âme, du compas au cante grande, la gente flamenca célèbrera ce rythme souterrain qui pulse fort au corps, dans divers lieux de Nîmes : au Théâtre, à l’Odéon, au Musée de la romanité, à Carré d’art et au cinéma le Sémaphore.

Budapest : un opéra inédit en création hongroise (1)

Herculanum
Félicien David, un nom qui ne vous dira probablement pas grande chose. Et pourtant… Né en 1810 avec la génération des grands romantiques, ce compositeur eut un temps son heure de gloire. Personnage haut en couleurs, saint-simonien engagé, imprégné de culture orientale. Loué par ses contemporains, couvert d´honneurs, Félicien David nous a laissé de fort belles partitions, en partie inspirées de ses voyages en Orient, telle la cantate „Le Désert”, portée aux nues par Berlioz. De la musique de chambre et des opéras, dont „Lalla Roukh” qui eut à l´époque un grand retentissement. Autre œuvre lyrique qui remporta un vif succès, „Herculanum”, présenté à Paris en 1859, suivi de 74 représentations, presque un record pour l´époque. Dont la critique - entre autres Berlioz - fit le plus grand éloge. Tombé par la suite dans l´oubli, ce compositeur, ancien élève de Cherubini, commence peu à peu à refaire aujourd´hui surface. Tel cet opéra mis ce soir à l´affiche à Budapest.

Budapest : Lucrèce Borgia de Donizetti sur le plateau du Palais des Arts.

Lucrece
Qui était Lucrèce Borgia (Lucrezia Borgia)? Née à Subiaco (Latium) en 1480 et morte à Ferrare en 1519, elle était la fille naturelle du cardinal valencien Roderic Borgia (futur pape Alexandre VI). Réputée femme cruelle et redoutable empoisonneuse, elle fut entre autre soupçonnée - probablement à tort - d´avoir éliminé ses maris successifs.

Justement nommé « Le démon du violon »

Roby Lakatos
Il sort du sérail, Roby Lakatos. Issu d’une longue lignée de violonistes dont un des premiers, Bihari János (1764-1827) est considéré comme le fondateur de la musique tzigane, vrai génie instinctif qui ne connaissait pas les notes. Depuis Budapest où il réside travaille, crée et transmet, Roby Lakatos, digne héritier de ce dernier, répond à ce que représente pour lui ce continent musical tzigane et cet instrument, le violon, qui en est la note de tête et de cœur.