Venez trinquer au Troquet, caviste français et convivial

Troquet
Le troquet, c’est tout d’abord l’aventure de trois jeunes, deux Français et un Hongrois, qui se sont lancés pour développer leur concept, unique en Hongrie : importer et proposer à la vente et à la dégustation une gamme de vins français. Peu de temps après l’ouverture de leur nouvelle boutique sur Andrássy út au n°57, j’ai pu les rencontrer et passer avec eux un moment à l’image de leur projet, frais, convivial et intéressant.

Le Lycée Français Gustave Eiffel de Budapest à cœur ouvert

LFGEB
De grands espaces accueillants, des enseignants répondant aux défis du 21ème siècle : c’est un lieu inspiré de la francophonie qui a été présenté, cette année, aux futurs élèves du Lycée lors d’une opération portes ouvertes en ligne. Nous avons rencontré Mme Corinne Gacel, chef de l’établissement, au sujet des inscriptions pour la prochaine rentrée scolaire.

Tom Sebestyen

Tom Sebestyen
Tamás Tibor Sebestyén, plus connu sous le nom de “Tom“ Sebestyen, vient de s’éteindre à l’âge de 93 ans. Né à Budapest en 1927, il émigra avec sa famille en 1938 pour s’installer en Angleterre.

En 1990 quelques Franco-Hongrois s'organisaient

En 1990 quelques Franco-Hongrois s'organisaient
Il y a trente ans, nous avions pris l’initiative de créer une association intitulée L’Association Généalogique des Français d’Origine Hongroise (AGFOH) dont le siège social était situé à Néris-les-Bains, dans le département de l’Allier. Cette association édita dès août 1990 une publication trimestrielle : Le Lien Généalogique de l’AGFOH.

Ces hommes et ces femmes venus d´ailleurs qui ont enrichi notre patrimoine

Ces hommes et ces femmes venus d´ailleurs qui ont enrichi notre patrimoine
Dans un ouvrage intitulé „Comment je suis devenu français” (1), la journaliste et écrivain Jacqueline Remy a recueilli les témoignages de vingt personnalités d´origine étrangère qui, non seulement ont acquis la nationalité française, mais aussi et surtout assument pleinement leur „francité”. Et ce dans tous les domaines, de Jane Birkin à Sylvie Vartan en passant par François Cheng, le pédiatre Aldo Naouri, la femme politique Safia Otokoré („Tous les pays démocratiques sont français”) ou encore l´ancienne Secrétaire d´État Rama Yade-Zimet. Et nous pourrions en rajouter mille autres, tel notre ami regretté, le journaliste Thomas Schreiber, né à Budapest, qui a intitulé ses mémoires „J´ai choisi la France”. Toutefois, notre propos n´est pas ici d´en dresser la liste, mais bien plutôt de tenter d´apprécier ce que les uns, les unes et les autres ont apporté à notre patrimoine culturel.

Francophonie : plus qu´une communauté de langue, une famille

Francophonie : plus qu´une communauté de langue, une famille.
Le ​​​​​​​​​​​​​​terme « francophonie » est apparu vers la fin du XIXe siècle, sous la plume du géographe français Onésime Reclus, pour décrire l'ensemble des personnes et des pays utilisant le français. Il acquiert son sens commun lorsque, quelques décennies plus tard, des francophones prennent conscience de l’existence d’un espace linguistique partagé, propice aux échanges et à l’enrichissement mutuel.” C´est ainsi que, sur son site officiel, l'OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) nous décrit l´origine du terme.

Guide de l'enseignement supérieur à destination des étudiants internationaux #1

Carte avec punaise sur Budapest
Alors que la rentrée est bien entamée, les étudiant.e.s venu.e.s de pays étrangers ont pu s'installer en Hongrie et découvrir ce que Budapest avait à leur offrir malgré les restrictions dues à la pandémie. Mais comment fonctionne exactement le système hongrois ?