La mode se «hussardise»

La mode se «hussardise»

Nanushka, c’est le surnom de Sandra Sándor, jeune designer de mode budapestoise qui a le vent en poupe. Diplômée de la prestigieuse London College of Fashion, la jeune femme crée des vêtements aussi élégants que confortables et fonctionnels.

A la fois sobres et fantaisistes, ses collections s’adressent à des femmes urbaines, modernes et actives, à la recherche d’un prêt-à-porter “facile à vivre” et original. Sa ligne de vêtements se décline selon trois couleurs basiques : le noir, le gris et le blanc, et, ce, printemps/été comme automne/hiver.

Le style de Nanushka, ainsi que sa stratégie de production, sont uniques en leur genre. La designer et son équipe prennent en effet en charge la totalité du processus de création : de la conception à la distribution, en passant par la fabrication des tissus et leur assemblage dans leur studio de Budapest, tout est sous contrôle de la jeune créatrice désormais à la tête d’une véritable entreprise. Et ce petit côté “artisanal” a de quoi séduire puisqu’il est accompagné d’un vrai professionnalisme. Les coupes sont bien dessinées, les finitions soignées et les matériaux de grande qualité. Bref, ceci explique cela : le succès est au rendez-vous, que ce soit dans sa propre boutique, ouverte depuis deux ans à Buda, dans d’autres espaces de vente à Budapest, mais aussi aux quatre coins du monde : Madrid, Helsinki, Tokyo, New York et Los Angeles, entre autres, ont déjà découvert sa griffe.

Hongroise résidant à Budapest, Nanushka a eu la jolie idée d’adopter – et d’adapter pour certains modèles – un motif traditionnel des uniformes hussards : les fameux noeuds hongrois.

Il n'y a rien de révolutionnaire à réutiliser et recycler des motifs ou des coupes militaires (les chemises à col officier ou Mao, les bottes d'écuyers ou, plus récemment, la mode du camouflage et son incontournable imprimé treillis, pour ne citer qu’eux, font depuis longtemps partie de nos garde-robes). Mais ce clin d’œil à un motif d’origine hongroise a non seulement du charme et beaucoup de style, mais surtout – peut-être – donne-t-il une identité encore plus affirmée à la jeune designer prodige.

L'histoire des Hussards trouve sa source en Hongrie, tant pour ses cavaliers que pour ses uniformes. On trouvera donc dans l'Empire austro-hongrois beaucoup de tenues "à la hussarde", chaque régiment se distinguant par une combinaison unique de couleurs. Les Hussards et, par extension, les noeuds hongrois ont depuis fait bien du chemin jusqu'à orner les képis des gendarmes français.

Mais si l'attirail traditionnel du Hussard comprend certes son dolman à tresse, sa pelisse, sa sabretache et ses nœuds hongrois, il ne serait pas complet si l'on n'y incluait la Moustache de Cavalerie, objet des soins les plus attentionnés. Les cavaliers hongrois étaient les seuls au XVIIIe siècle à porter moustaches et favoris dans les armées à perruque poudrée au service desquelles ils combattaient. Ce n’est qu’ensuite que cet emblématique attribut se répandit dans les différents pays d’Europe où des régiments de Hussards furent levés.

Quel rapport avec Nanushka ? Aucun…

En revanche, peut-être cet attribut a-t-il inspiré une autre créatrice : Rutkai Bori (entre autres chanteuse du groupe Specko Jedno, peintre et designer), dans un registre certes beaucoup plus décalé et ludique puisqu’elle a imaginé des moustaches… pour femmes. Alors, en selle Mesdames !

Frédérique Lemerre

Points de vente de la collection de Nanushka sur : www.nanushka.hu

Points de vente des moustaches pour femmes de Rutkai Bori sur :

www.boltmuhely.hu

Articles: 
field_vote: 
Aucu vote pour l'instant.