Comprendre les migrations africaines

Au cours des dernières années, la question des migrations africaines s’est imposée comme l’un des enjeux majeurs de notre époque. Ce mouvement massif des populations crée des interrogations, voire des craintes politiques et sociales. La diversité des motifs et des provenances de ses acteurs en fait un défi complexe, pour lequel la discussion et la compréhension doivent l’emporter sur les idées reçues. C’est pourquoi, le Jeudi 6 Juin, l’institut français de Budapest recevait différents chercheurs, hongrois et français, dans le but de penser et d’envisager des solutions.

Coorganisé par l’association des anciens élèves hongrois de l’ENA, l’Ambassade de France en Hongrie ainsi que le Centre universitaire francophone de Szeged, l’événement visait à donner la parole à des regards, parfois divergents, s’éloignant de la polémique au profit de l’échange. Les propos d’ouverture ont été énoncé par Pascale Andreani, Ambassadrice de France, et Hajnalka Juhász (1). S’en est suivie une pertinente démonstration de Marie-Laurence Flahaux (2). Ayant beaucoup recherché sur la situation au Sénégal et en République Démocratique du Congo, elle a répondu aux questions majeures que pose le phénomène des migrations, par l’intermédiaire d’une présentation documentée, appuyée par de nombreuses données, contrant la stérilité d’une surabondante désinformation.

Démystifier la réalité

Loin de l’éternel refrain de l’invasion humaine et culturelle, les migrations de notre temps sont organisées et équilibrée. En effet, il n’est pas de sur-migration, et les données en font des mouvements stables sur ces dernières décennies. Pour les 3% d’Africains résidant à l’étranger, l’hémisphère nord n’est pas une destination privilégiée, la grande majorité des flux étant internes à leur continent. Migrer requiert une bonne situation économique. Ce sont donc principalement les habitants de pays ayant atteint un certain niveau de développement qui s’offrent une aventure à l’étranger. Ainsi, ce sont majoritairement les plus instruits et qualifiés qui quittent leur terre, et non les plus modestes. Il est aussi important de noter que bon nombre d’entre eux reviennent, à terme, dans leur patrie, pour des raisons généralement professionnelles ou familiales.

Promouvoir la dignité

La troisième partie de cette conférence était une table ronde orchestrée par Ákos Bence Gát (3), autour de laquelle s’exprimaient István Tarrósy (4), Gergely Karbuczky (5), Marie-Laurence Flahaux et Enikő Csontos (6). Ils ont fait part de leurs recherches, de leurs missions, et des solutions potentiellement efficaces pour - non pas lutter contre les migrations - mais pour les rendre plus digne, et moins nécessaire. S’il n’est pas de remède miracle pour curer les maux du monde, tous, dans leur tâche, s’évertuent à comprendre, à expliquer, et à veiller sur un tel phénomène. Ceci se fait notamment au travers d’aides, financières et culturelles, dont l’objectif est de permettre le développement des aires géographiques en retard, souvent plus enclavées. Ce sur quoi tous s’accordent, c’est que les migrations sont un fait de société que l’on ne peut condamner ou empêcher, et que bien qu’une nation soit en droit de définir ses propres règles en matière de souveraineté, le monde ne peut durablement demeurer clos, et les humains séparés. 

Hugo Cellarier

(1) Membre du Parlement, commissaire ministériel chargée du développement des relations internationales de l’aide humanitaire hongroise

(2) Démographe française spécialiste des migrations africaines, Chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement, ancienne membre du projet Migration entre l’Afrique et l’Europe (MAFE)

(3) Vice-président de l’association des anciens élèves hongrois de l’ENA

(4) Directeur du Centre de recherche sur l’Afrique, Secrétaire du Comité Afrique Subsaharienne de MTA, Directeur du centre des relations internationales de l’Université de Pécs,

(5) Responsable du département pour le développement et la coopération internationale du Ministère des affaires étrangères et du Commerce extérieur,

(6) Chef de la division des analyses politiques et économiques de la représentation de la Commission européenne en Hongrie

Articles: 
field_vote: 
Aucu vote pour l'instant.