Vous êtes iciL’année de tous les espoirs pour le tennis féminin hongrois

L’année de tous les espoirs pour le tennis féminin hongrois


By JFB - Posted on 13 juin 2008

Il y a quelques semaines nous avons eu la chance de rencontrer la première joueuse de tennis hongroise, Ágnes Szávay, à l’occasion d’un dîner officiel donné en son honneur par Gaz de France via sa filiale hongroise Égáz-Dégáz. C’était à la veille de son départ pour Paris à Roland Garros. Nous avons eu la possibilité de discuter avec elle de ses débuts, de sa carrière et bien évidemment de son prochain tournois. Souriante, décontractée et confiante, elle n'a évité aucune question.

Mais qui est cette jeune fille prometteuse ? Elle n’a que 19 ans et elle est déjà 15e au classement WTA. Elle a commencé à jouer au tennis à l’âge de quatre ans avec ses parents. Les professionnels ont très tôt décelé son potentiel. Ágnes n’a jamais suivi de cours dans une académie de tennis américaine à la mode. Ce sont ses parents qui lui ont choisi un entraîneur particulier pour la préparer à la compétition. «Je suis très heureuse que mes parents aient fait le choix de ne pas m’envoyer aux Etats-Unis à l'époque.»

(Sur la photo: Dr Laczó Sándor, directeur général d’Égáz-Dégáz, Ágnes Szávay, Patrick Marcel, de la communication GDF, Márky Jenô, propriétaire de Római Teniszakadémia)

Elle fait son apparition sur le circuit en octobre 2003 et progresse rapidement dans la hiérarchie. Elle devient professionnelle en 2004 quand elle dispute sa première finale à Bogota. En 2006 elle est encore 189e joueuse du monde, puis elle passe à la vitesse supérieure. L’année 2007 sera celle de la révélation. En pleine confiance, elle gagne son premier titre WTA à Palerme et s’installe parmi les 50 premières du classement. Ágnes ne s’arrête pas là et continue à franchir les palliers à la vitesse grand V. Elle élimine les favorites du tournoi du New Haven, sauf une, Svetlana Kuznyecova. Et c’est la même joueuse russe qui barre sa route en quart de finale de l’US Open. Grâce à sa victoire à la finale de l’Open de Chine face à Jelena Jankovic, elle fait pour la première fois son entrée dans le top 20, terminant précisément sa saison à la 20e place. En 2008, contre toute attente, elle est éliminée au premier tour de l’Open d’Australie par une joueuse classée 110e mondiale, Ekaterina Makarova. Puis à l’occasion de l’Open Gaz de France à Paris, elle se hisse en finale où elle manque la dernière marche face à Anne Chakvetadze. Mais grâce à ce résultat, elle atteint son meilleur classement WTA: elle est désormais 15e. Ce n’est pas arrivé en Hongrie depuis Andrea Temesvari qui était 7e au classement WTA dans les années quatre-vingts.

Malheureusement depuis elle a eu quelques défaites face à des joueuses moins bien classées. Pour le moment sa principale faiblesse est le manque de régularité. Elle a parfois de sérieuses baisses de régime en cours de match qui la conduisent à la défaite. Mais «elle est encore jeune et elle en veut, elle a des ambitions» dit son entraîneur actuel, Zoltán Kuharszky, qui a également entraîné Anke Huber, Jennifer Capriati et Ana Ivanovic. Il sait qu’elle doit encore beaucoup progresser sur certains points comme par exemple sa seconde balle de service ou sa concentration.

Lors de notre rencontre Ágnes et Zoltán étaient très confiants en ce qui concernait Roland Garros. Ágnes disait : «Je rentre toujours pour gagner, quel que soit l’adversaire et sans me soucier du contexte. Avec un bon tirage au sort tout peut arriver à Paris, je me sens bien et je n’ai pas de souci de blessure non plus» Elle nous a confié que sa «tête de Turc» du circuit était Sharapova qu’elle aimerait vraiment battre un jour. Mais pour l'instant, elle n’a pas de plan de carrière précis: «je voudrais entrer cette année dans le top10 et après…on verra. Peut-être que dans quelques années je jouerai en double avec ma petite sœur Blanka.» Sa sœur qui a 15 ans est très prometteuse aussi.

Nous savons à présent que les ambitions d' Ágnes ont été vite balayées par une joueuse tchèque, Petra Kvitova, 87e du classement WTA. Pourtant, elle a eu un tirage au sort «idéal» : sur sa route il n’y avait que des joueuses beaucoup moins bien classées qu’elle. Mais encore une fois son manque de concentration aux moments importants l’a conduite à la sortie du tournoi au 3e tour. Cette année, le «saladier des mousquetaires» ne sera pas encore dans la vitrine d’Ágnes. Peut-être l’année prochaine, on le lui souhaite sincèrement.

Son prochain rendez-vous avec le public sera le tournoi de Gaz de France Budapest Grand Prix qui aura lieu du 5 au 13 juillet à «Római Teniszakadémia» ( dans le 3e arr. de Budapest, au 105 de la rue Királyok). Les organisateurs ne connaissent pas encore la liste définitive des joueuses mais seront très probablement présentes aux côtés d' Ágnes, Mary Pierce, Jelena Jankovic, et Svetlana Kuznyecova.

L’autre grand événement de tennis en Hongrie aura lieu du 9 au 12 octobre au «Palais des Sports de Papp Laszló». Huit anciens grands champions joueront dans le cadre de «ATP Black Rock Tour of Champion» Ils y aura dans la partie Björn Borg, John McEnroe, Pat Cash, Guillermo Vilas, Henri Leconte, Serge Bruguera, Thomas Muster, Goran Ivanisevic et Manour Bahrami avec sa grande moustache et sa clownerie immanquable.

Ditta Kausay

 

Aucu vote pour l'instant.
Étiquettes

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu