Agenda culturel

Le 25 février

Valère Novarina à Budapest, avec Christian Pacoud qui chante ses compositions sur les textes de cet auteur légèrement hermétique.

18h au Kossuth Klub

(7, Múzeum u., 8e arrt.)

ASKO Ensemble – doté d'un répertoire basé sur les compositeurs du XXème siècle, le groupe arrive à Budapest avec Dances (1991) de Andriessen et Vortex Temporum de Gérard Grisey (photo).

19h30 dans la salle de théâtre du Palais des Arts

(1, Komor Marcell u., 9e arrt.)

 

Le 26 février

Histoire de Marie et Julien – film de Jacques Rivette (2003) avec Emmanuelle Béart et Jerzy Radzilowicz : l'histoire d'un horloger qui veut faire chanter une belle femme…

19h à l’Institut Français de Budapest (17, Fô u., 1er arrt.) (VO, sous-titres anglais)

Ame sans pull – Inside out – chorégraphie de Anna Réti ayant été déjà plusieurs fois célébrée pour son originalité ; lutte intérieure et victoire(s).

19h30 au Théâtre National de la Danse (1-3, Színház u., 1er arrt., au Château de Buda)

 

Le 27 février

Waterboys – comédie japonaise de Yaguchi Shinobu (2001) sur les aventures d’une équipe de natation (a)synchronisée...

18h30 au cinéma Örökmozgó (39, Erzsébet krt., 7e arrt.) (VO, sous-titres anglais) entrée libre

Travelling Memory – statues de marbre de Ans Hey, musique de György Kurtág et film en noir et blanc de Jozef Hey pour ouvrir une porte sur le monde qui nous entoure.

20h (vernissage) au Centre-Mémorial de l’Holocauste (39, Páva u., 9e arrt.) Jusqu’au 16 mars

 

Le 28 février

Händel : Il trionfo del Tempo e del Disinganno – oratorio en deux parties interprété par Combattimento Consort Amsterdam dirigé par Jan Willem de Vriend ; festival LOW.

19h30 dans la salle de théâtre du Palais des Arts (1, Komor Marcell u., 9e arrt.)

Mette Ingvartsen : Manual Focus 50/50 – une Danoise de Bruxelles qui réussit à tourner les têtes, bras et jambes pour en faire une expérience physique complexe.

20h au théâtre MU

(17, Kôrösy J. u., 11e arrt.) (aussi le 29)

 

Le 29 février

Santa Diver – du gnawa marocain jazzy avec un élan supplémentaire venu de la techno et de la transe, avec un violon, une basse et des batteries.

19h à l’Institut Français de Budapest (17, Fô u., 1er arrt.)

Quinze nuits blanches – à travers quelques motels, racontées par Derek-Michael Besant (CAN) dans une exposition multimédia.

Dans la Galerie Csikász (Veszprém, 17, Vár u.) Jusqu’au 15 mars tlj (sf dim) de 10h à 17h

 

Le 1er mars

Nicolas Krauze dirige l’Orchestre Philharmonique de Gyôr ; au programme :Danse macabre (poème symphonique) et le Concerto pour violon de Saint-Saëns, la Symphonie fantastique de Berlioz.

19h30 à l’Académie de Musique (8, Liszt Ferenc tér, 6e arrt.) (aussi le 29 à Székesfehérvár)

The Night of the Unexpected – festival d’une soirée : une série de petits concerts représentant la palette musicale actuelle des Pays-Bas.

20h au Trafó (41, Liliom u., 9e arrt.)

 

Le 2 mars

Deux photographes néerlandais – Donne-moi ton image de Bertien van Manen et Terrains européens : panorama du foot de Hans van der Meer.

Au Musée Ludwig – Palais des Arts (1, Komor Marcell u., 9e arrt.) Jusqu’au 6 avril tlj (sf lundi) de 10h à 20h

 

Le 3 mars

Les Virtuoses Hongrois – cet ensemble de musique de chambre, dirigé par le violoniste Miklós Szenthelyi, interprète des œuvres de Tartini, Schubert, Dohnányi, Bartók et la paraphrase du Barbier de Séville par Rossini-Castelnuovo-Tedesco.

19h30 à l’Académie de Musique (8, Liszt Ferenc tér, 6e arrt.)

Les vacances de Monsieur Hulot – le film-culte de Jacques Tati où Monsieur Hulot, notre Oncle à tous, voyage en Bretagne... (1953)

20h30 au cinéma Tabán (87-89 Krisztina krt., 1er arrt.)

 

Le 4 mars

Wewilllivestorm – poème scénique avec le «Buster Keaton du théâtre néerlandais et flamand», selon une critique de 2006 ; Benjamin Verdonck – Toneelhuis.

19h au Théâtre Merlin (4, Gerlóczy u., 5e arrt.) (aussi le 5)

Jenofa – opéra de Leos Janácek: fiançailles, meurtre, quête du bonheur... Belle musique et bonne interprétation, surtout d’Éva Bátori dans le rôle titre ! (en tchèque, avec des surtitres hongrois).

19h à l’Opéra (22, Andrássy út, 6e arrt.)

 

Le 5 mars

Mini-a-tours 1 – transgression des frontières des arts avec quatre créateurs venus de différents domaines (photo, design, théâtre, danse etc...).

20h au Trafó (41, Liliom u., 9e arrt.) (du 5 au 9 tlj)

Homme- exposition de Judit Reigl, peintre hongroise vivant à Paris (jusqu'au 22 mars)

De 10 à 18h

à la Galerie Erdész&Makláry

(10 Falk Miksa u., 5e arrt.)

 

Le 6 mars

Precisely that ! – des perspectives surprenantes sur les tableaux de Jurrian Molenaar et quelques œuvres de Han Schuil.

19h (vernissage) à la Galerie acb (76, Király u., 6e arrt.) Jusqu’au 12 avril

Douwe Heeringa chante Brel en frison – accompagné d’un accordéon et d’un piano, il a déjà sorti deux albums ; ce n’est donc pas seulement la langue qui donnait son charme à Brel…

20h au Théâtre Merlin (4, Gerlóczy u., 5e arrt.)

 

Le 7 mars

Le Bal Moderne – idée conçue en 1993 par Michel Reilhac pour inviter le public à vraiment participer au processus de création en dansant sur les trois chorégraphies proposées.

17h au Fogadó du Parc de Millénaire

(16-20, Kis Rókus u., 2e arrt.)

Irie Maffia, Ziggi, DJ Atlas – une soirée de danse urbaine avec de jeunes ensembles de reggae, hip-hop, rock, funk.

22h sur le bateau A38 (près du pont Petôfi, côté Buda)

 

Le 8 mars

Cinetrip party – DJs néerlandais et flamands partagent ce milieu aquatique, avec un intermède «ventru » à minuit dans le bain turc. Tenue correcte exigée...

21h Bains Rudas (9, Döbrentei tér, 1e arrt.)

Lolly Jane Blue, Péterfy Bori & Love Band, Roosbeef – que des femmes ce soir, mais ne vous laissez pas tromper par leur apparente naïveté !

21h sur sur le bateau A38 (près du pont Petôfi, côté Buda)

 

Le 9 mars

L’Orchestre Symphonique du Lycée Szent István – ancré dans une longue et belle tradition, interprète le 2e Concerto pour piano en do mineur de Rachmaninov, et la 9e Symphonie en mi mineur de Dvorjak

15h30 à l’Académie de Musique (8, Liszt Ferenc tér, 6e arrt.)

Le Ragtime et son époque – présenté par l’ensemble Amadinda et le directeur du théâtre lui-même.

11h et 15h30 au Théâtre Örkény (6, Madách tér, 7e arrt.)

Articles: 
field_vote: 
Aucu vote pour l'instant.