Vous êtes iciRevue de presse

Revue de presse


By JFB - Posted on 22 février 2008

Sándor Demján se prononce sur l’avenir de la Hongrie

La Hongrie sera le pays le plus pauvre de l'Union europénne dans les dix à quinze prochaines années. L'entrepreneur le plus riche de Hongrie, Sándor Demján, racontecette “prophétie” dans une interview accordée au Figyelô. Le président de TriGránit Rt. et de l’Association des Entrepreneurs hongrois accuse les dirigeants du pays entre 2002 et 2004 d’avoir entraîné l’économie hongroise vers la situation critique qu’elle connaît désormais. Il est en revanche tout à fait d’accord avec la politique de réforme du gouvernement actuel, en particulier l’action du ministre des finances, János Veres. Il ajoute que les réformes ne devraient pas se limiter au domaine de la santé et de l’éducation, mais que le pays aurait également besoin de réformes radicales du système des retraites, de l’imposition mais aussi de l’administration. Cependant, selon l’entrepreneur, il serait illusoire de penser que l’avenir de la Hongrie dépende des votes des électeurs ou d’aucun parti politique. „Le pays est à la discrétion de 7-8 grands porteurs de titres”, affirme Demján qui estime ainsi que c'est bel et bien la santé des marchés à l'échelle mondiale qui détermine l'avenir du pays.

De nos jours, seulement 5 à 10% des investissements de TriGránit sont réalisés en Hongrie, soit depuis que, découvrant le gaspillage de la politique économique de l’Etat en 2002, Demján a commencé à s’ouvrir vers l’étranger. TriGránit s’est en outre récemment retiré du projet du quartier gouvernemental avant que l’État ne déclare finalement la suspension de l’investissement.

(Figyelô)

Réforme de la santé: un dossier explosif

Des cocktails Molotov ont été lancés sur les maisons de cinq députés MSZP le 8 février dernier. L'Organisation Armée de Libération „Magyarok Nyilai” (Flèches Hongroises) a revendiqué ces attentats dont la motivation était, selon les informations du Bureau des Renseignements pour la sécurité intérieure, la volonté de semer le trouble avant le vote des lois sur la réforme de la santé.

Outre cet incident tout s’est passé comme prévu le jour du vote de la réforme, le 11 février, bien que certains manifestants aient contraint la police à mettre en place une barricade place Kossuth. Barricade qu’ellecompte bien laisser en place jusqu’au 28 mars à cause du référendum du 9 mars et de la fête nationale du 15 mars. Concernant le vote à proprement parlé, la majorité des députés a cette fois définitivement ratifié la loi sur la réforme de santé que le président László Sólyom avait renvoyée fin décembre au ministère de la santé afin qu'elle soit retravaillée. Le premier ministre, Ferenc Gyurcsány, a déclaré qu’il se concentrerait désormais sur la consolidation des réformes avant d’élaborer de nouveaux projets de lois. Il espère en effet convaincre l’opinion public en poursuivant l'information des citoyens sur la nécessité des changements.

(HVG, Heti Válasz)

Le brouillard anglais tombe sur le Fradi

L’investisseur immoblilier Kevin McCabe a remporté l’appel d’offres organisé pour le rachat de l’équipe de football hongrois la plus populaire: le FTC ou, comme les supporters l’appellent, le Fradi. Le Fradi qui appartenait à l'Etat jusqu'à cette vente récente, est descendu en seconde division du championnat national en 2007, ce qui avait provoqué de violentes manifestations de supporters. Récemment, la nouvelle de l'annonce de la vente du FTC à un investisseur étranger a scandalisé ses supporters, en grande majorité nationalistes, qui ont ainsi protesté en masse devant le stade du FTC.

McCabe, propriétaire de plusieurs entreprises en Hongrie, possède déjà une équipe de football anglais, le Sheffield United. Il espère qu’il aura plus de chances de participer aux championnats internationaux avec sa nouvelle acquisition qu’avec le club anglais. Bien qu’il ne signera le contrat définitif qu’en mars, il a déjà entamé les négociations pour le recrutement de quatre nouveaux joueurs et la reconstruction du stade du FTC.

(MTI, Népszabadság)

En bref

Le Festival du film hongrois: une fin décevante

Les réalisateurs de films documentaires ont publié une déclaration commune le dernier jour du 39e Festival du film hongrois, le 6 février dernier, dans laquelle ils exprimaient leurs critiques envers les organisateurs du festival. La cause de leur mécontentement concerne la décision du jury d'attribuer le prix du film documentaire de création pour une oeuvre qui n’était pourtant pas classée dans cette catégorie: le film Je suis Von Höfler de Péter Forgács.

Le Grand Prix du festival a été décerné au film Delta de Kornél Mandruczkó.

(MTI)

Prix World Press Photo pour un photographe hongrois

Le photographe Balázs Gárdi a remporté deux premiers prix dans la catégorie „News” avec sa photo prise en Afghanistan d’un garçon mort dans les bras de son père ainsi que pour une série, également réalisée en Afghanistan.

(MTI)

Part française dans OTP

Groupama rachète la société d’assurance du groupe OTP, OTP Garancia Biztosító Zrt., pour 164 milliards de HUF. «OTP n’a fait qu’acheter durant ces dix dernières années, l’assurance est la première activité qu’il vend», souligne le PDG de la banque, Sándor Csányi. Présent dans la plupart des pays d’Europe de l’Est et des Balkans, OTP profitera de ces revenus pour augmenter son influence en Russie, en Azerbaïdjan et au Kazakhstan.

(Figyelô, HVG)

La Hongrie reconnaît le Kosovo

La ministre des affaires étrangères, Kinga Göncz, recommande au gouvernement de reconnaître le Kosovo. Elle a participé à la réunion des États membres de l’Union à Bruxelles lors de laquelle tous les pays sont tombés d'accord pour reconnaître l'indépendance de l'État balkanique (et, ce, malgré l'hostilité initiale de Chypre, de l'Espagne, de la Grèce, de la Bulgarie, de la Roumanie et de la Slovaquie). Kinga Göncz a souligné l'importance de cette solution diplomatique car la Serbie est l'un des principaux partenaires de la Hongrie.

(Népszabadság)

Aucu vote pour l'instant.
Étiquettes

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu