Vous êtes iciMédecins anti „chaleur”

Médecins anti „chaleur”


By JFB - Posted on 02 août 2007

En hongrois, l'expression „être chaud” ne siginifie pas, comme en français, être „sexy”, mais être homosexuel. L'article anti-homosexuel apparu sur le site de la chambre des Médecins hongrois applique ce jeu de mots dans le titre: Ágnes Assasin dans une situation chaude (Gyilkos Ágnes meleg helyzetben), la ministre de la Santé, Ágnes Horváth, ayant soutenu le coming-out de son collègue, le député, Gábor Szetyei.

 

Le 10 juillet dernier, le médecin et écrivain Attila Nagy a publié un article juste après la Gay Pride (voir à ce propos l'article Budapest gay). Nagy y déclare que dans 50% des cas c'est la société qui encourage les gens à devenir homosexuels, et que c'est ainsi elle qui est responsable de leur malheur, à savoir celui de ne pas compléter leur tâche prommordiale: se reproduire. Le ministre qui a applaudit et sourit au coming-out de son collègue soutient justement, aux yeux de Attila Nagy, ce type de comportement anormal et, selon lui, en encourageant les gays, Ágnes Horváth a commis un «génocide». Nagy poursuit son raisonement – pour le moins tiré par les cheveux – par l'affirmation selon laquelle la politique ne devrait pas laisser se répandre, ni faire la publicité pour, dit-il, de telles maladies que l'homosexualité.

 

Bien que médecin, l'avis personel de l'auteur, qui géurit chaque jour ses compatriotes, est déja plus que scandaleux, mais l'opinion public était surtout choqué par le fait que la Chambre des Médecins Hongrois a osé publié cet article sur leur site officiel. Le président de la Chambre, István Éger, ne s'est en outre jamais désolidarisé de la radicalité de son colègue. Quand le SZDSZ a demandé à la Chambre des Médecins de présenter ses excuses au ministre-député du SZDSZ, István Éger s'est exprimé de la façon suivante: «Le SZDSZ ne nous envoie ses messages que parce que la Chambre des Médecins Hongrois est la seule institution à s'être opposée à la réforme de la santé forcée par le SZDSZ, réforme qui va ainsi causer un génocide d'une importance historique en Hongrie».

 

Et que font les médecins homophiles qui pourraient sauver la réputation de leur profession ? Selon la Chambre, les médecins membres de la Chambre qui représentent une opinion divergente sont malheureusemnt actuellement en vacances. Tous? Ceux qui sont tout de même restés en Hongrie, ont exprimé leur opinion sur le forum du site de la Chambre. Selon l'un des inervenants, le fameux article reflète le sentiment de 90% des médecins, ce qui semble toutefois un peu exagéré. Le sondage de l'Institut de Recherche Delphoi Consulting démontre quant à lui que 35 à 40% des médecins ont des à priori envers les Roms et les homosexuels, 9 % se sont même ouvertement déclarés racistes.

Face à ces déclarations issues du monde médical, de nombreuses personnalités médiatiques, des acteurs et des écrivains célèbres ont signé une déclaration commune selon laquelle, dans un pays civilisé, il n'est pas acceptable que le site de la Chambre des Médecins publie un article mentionnant que que l'homosexualité serait une maladie et que l'objectif de nos vies se réduirait à notre reproduction.

 

Judit Zeisler

 

 

Aucu vote pour l'instant.
Étiquettes

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu