Hongrie en deux roués

 

«On voudrait acquérir 5% du marché du tourisme à vélo en Europe et 10% en Hongrie !» a récemment déclaré le ministre de l’économie et des transports, János Kóka, à propos du nouveau projet du gouvernement : la “Hongrie à vélo”. Dans le cadre de ce programme, réalisé grâce à un budget européen et local, la Hongrie dépensera plus de 60 milliards de forints jusqu’à 2013 pour développer son réseau de véloroutes, diminuer le nombre d’accidents de bicyclettes et populariser le tourisme à deux roues. Le marché du tourisme à vélo est celui qui se développe le plus vite parmi les autres branches du tourisme en Europe. En Hongrie il représente déjà une activité économique d’environ 100 milliards de forints.

«Quand un cycliste étranger arrive en Hongrie, il doit retourner chez lui après Gyôr car il n’y a plus de véloroutes», a expliqué la porte-parole du ministère, Judit Tóth, ce qui représente un problème majeur pour le site Origo.hu. Deux routes d’Eurovélo ( du réseau de 12 véloroutes européens) traversent la Hongrie : les chemins 6 et 11 au bord du Danube et de la Tisza. Cependant, tandis que les routes sont de très bonne qualité jusqu’au lac Fertô, les cyclistes doivent ensuite souvent prendre les routes fréquentées par les automobiles. Sachant que c’est le plus grand obstacle du tourisme à vélo en Hongrie, l’on a déjà commencé les constructions l’année dernière afin de faire évoluer cette situation et, en 2007 le gouvernement consacre encore 42 milliards de forints pour les seules deux Eurovéloroutes. Ainsi, on doublera les 2000 km de routes pour vélo jusqu’à 2013, construction qui représente un coût de 40 millions de forints par kilomètre selon les experts. De plus, cette année, cinq nouveaux postes frontières à vélo se sont ouverts, le 1er juin, entre l’Autriche et la Hongrie.

Le développement de l’infrastructure est certainement l’objectif stratégique du programme. Cependant, les services sont au moins aussi importants pour les touristes cyclistes que le revêtement des routes. Par exemple, les chemins de fer hongrois n’assurent pas le transport des vélos dans tous les trains, bien que, selon un sondage effectué par le Club des Cyclistes Hongrois, 50% des touristes cyclistes en profitent pour se rapprocher de leur destination de vacances. Tandis que certains logements spécialisés dans l’accueil des cyclistes n’offrent même pas de services de réparation ou de location de vélos, de plus en plus d’hôtels à proximité de la frontière autrichienne, surtout au bord du lac Fertô, remplissent les besoins des entreprises en organisant, par exemple, des tour de vélo pour les salariés.

Outre le lac Fertô, le Balaton est aussi une destination populaire pour les cyclistes, car cette région possède le réseau de véloroutes le plus développé, et de plus en plus de Parcs Nationaux, comme le Parc National de Bükk, inaugurent des parcours de vélo. L’année dernière, afin de motiver le développement du cyclisme, le gouvernement a créé des prix pour les villes et les entreprises qui se mobilisent le plus en faveur de ce noble but. L’un d’eux a notamment été remporté par le propriétaire du Szimpla Kert, „Szimpla City Kft”.

Judit Zeisler

field_vote: 
Aucu vote pour l'instant.