Tous les coups sont permis!

Tragi-comédie à mairie d’Esztergom

Elue maire d’Esztergom en octobre dernier, Éva Tétényi, candidate indépendante, affronte depuis lors les membres Fidesz du Conseil municipal, partisans de l'ancien maire et actuel député d’Esztergom, Tamás Meggyes. Coups bas et scandales sont au rendez-vous.

Ces derniers mois, la ville d’Esztergom fait parler d’elle car la situation politique y est pour le moins tendue. Pour comprendre l’histoire dans toute sa complexité, il faut remonter aux élections municipales qui se sont déroulées le 3 octobre dernier. En effet, dix ans après son entrée en fonction à la tête d’Esztergom, Tamás Meggyes, maire (Fidesz) a subi une défaite écrasante face à Éva Tétényi, candidate indépendante mais soutenue par le MSZP, le LMP, le Jobbik et les associations civiles. Éva Tétényi, remportant 64% des voix, n’en a laissé que 36% à l’ancien maire devenu célèbre suite aux innombrables scandales liés à son nom. La situation est d’autant plus complexe que la majorité au sein du conseil municipal est détenue par le Fidesz qui fait tout pour rendre impossible la gouvernance de la ville.

Après que les résultats ont été rendus publics, le Fidesz a annoncé qu’il ferait appel et, avant même la prestation de serment du nouveau maire et des conseillers municipaux, il a fait part de sa volonté de restreindre voire de retirer les pouvoirs du maire. Il n’est alors pas surprenant qu'au cours de la première réunion du conseil municipal, les conseillers n’aient pu élire un maire adjoint. En effet, les membres de la fraction Fidesz ont déclaré qu’aucun d’entre eux ne remplirait cette fonction au cours des six prochains mois. Zoltán Lukács, député socialiste, a indiqué au journal HVG que le but du Fidesz n’était autre que de chercher à réunir les conditions de la dissolution du conseil municipal par le Parlement, ce qui pourrait conduire à l’annonce d'élections anticipées au printemps prochain. De plus, les conseillers du Fidesz ont indiqué que la ville d’Esztergom devrait mettre à la disposition de Tamás Meggyes une voiture dont les frais d’entretien devraient être réglés par la municipalité et que le bureau devrait être laissé à l’usage de l’ancien maire, actuel député de la ville. En outre, les conseillers ont également proposé que le notaire ne puisse embaucher de nouveaux fonctionnaires. Afin de rendre le travail du maire totalement impossible, la majorité du Fidesz a refusé à Éva Tétényi l’accès à Internet via le réseau de la mairie. Aussi était-elle contrainte d’utiliser son téléphone personnel à des fins professionnelles.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Quelques jours plus tard, le déménagement de Tamás Meggyes de son bureau a également fait scandale. D’après les informations du journal HVG, Éva Tétényi aurait barré le chemin de la voiture de Tamás Meggyes qui emportait des meubles antiques de son bureau. La femme de Tamás Meggyes, chef des services pour le développement urbain, a appelé la police en affirmant qu’il s’agissait d'une entrave à la liberté individuelle. De son côté, le nouveau maire d’Esztergom a ajouté qu’elle n’avait fait que demander au portier de ne pas laisser sortir la voiture tandis qu’elle consultait le gérant pour savoir si un inventaire avait été établi.

L’affaire Meggyes n’a pas laissé indifférents les dirigeants du parti gouvernemental. Selon les informations du journal Népszava, Lajos Kósa, vice-président du Fidesz et László Kövér, président du Parlement, ont fermement invité Tamás Meggyes à coopérer avec le nouveau maire d’Esztergom car l’opposition obstinée témoignée à l’égard d’Éva Tétényi nuit considérablement à la popularité du parti. Mais cette histoire au parfum de scandale est-elle un moyen pour détourner l’attention de l’endettement de la ville? Lors des séances du conseil municipal, les différends se sont en effet accentués entre Éva Tétényi et la fraction du Fidesz sur la situation financière de la ville. Esztergom rencontre de sérieuses difficultés en raison des dettes accumulées par l’ancienne gouvernance qui s’élèvent, selon Éva Tétényi, à 1 milliard de HUF au total. La dette de la municipalité en matière d'approvisionnement en électricité s'élève à 80 millions de HUF. C'est la raison pour laquelle l’éclairage public a été partiellement coupé à Esztergom les 24 et 25 novembre dernier. Les conseillers du Fidesz ont proposé de régler ces dettes en souscrivant des crédits, mais le nouveau maire a demandé la mise en place d’une procédure selon laquelle le tribunal désignerait un régisseur financier sans qui la ville ne pourrait dépenser un seul forint. Jusqu'où ira la chute?

Máté Kovács

Articles: 
field_vote: 
Votre notation : Aucun(e) Average: 4.7 (3 votes)