Ján Slota, l’anti-hongrois

Le leader du Parti National Slovaque (SNS), Ján Slota, connu pour sa haine envers la Hongrie et les Roms, a déclaré le 2 mai que «Viktor Orbán est néofasciste» et «Gábor Vona (Jobbik) néonazi».

La haine envers la Hongrie est toujours un atout politique entre les mains de Ján Slota, homme politique slovaque d’extrême droite, qui a l’habitude de provoquer des scandales politiques (tant intérieurs qu’extérieurs) et de ruiner les liaisons hungaro-slovaques avec ses déclarations. Slota, dont les déclarations ne surprennent toutefois plus réellement ses voisins hongrois, a l’intention de rafler plus de 10 % des votes lors des élections législatives slovaques qui auront lieu en juin (son parti est actuellement en coalition).

Sa rhétorique anti-hongroise l’a récemment poussé à déclarer, le 2 mai dernier, que son parti ne serait jamais en coalition avec aucun des deux partis (MKP et Híd) qui représentent la minorité hongroise en Slovaquie. « Il vaut mieux être en coalition avec le diable qu’avec les Hongrois ». Slota est d’avis que le Jobbik est la créature, l’enfant du Fidesz. Ces deux partis ne sont donc pas très différents, selon lui. Maintenant il prévoit un conflit « probable » entre les deux pays qui pourrait avoir lieu dans les six mois sur fond de revendications honroises sur les territoires perdus lors de la sinature du traité de Trianon.

Si cela relève de la politique fiction, l’actuel Ministre des Affaires étrangères slovaque, Peter Stano, a toutefois choisi de prendre la parole afin de remettre les choses au clair : non, la Slovaquie n’est pas menacée militairement par la Hongrie. Slota s’est même vu prié de ne pas utiliser dans ses discours les expressions «usage des armes», «chars de combat» et «attaque militaire» en relation avec la Hongrie. Le porte-parole du ministre a déclaré : «l’usage de telles expressions est inacceptable entre deux pays membres de l’OTAN et de l’UE ». Peter Stano a en outre ajouté : «Ján Slota n’est d’ailleurs pas assez compétent pour se prononcer sur cette question».

Ján Slota est ainsi devenu une simple caricature, un clown que l’on ne peut pas prendre au sérieux et qui peut même s’avérer très drôle, notamment lorsqu’il déclare que : «Les tribus mongoles hongroises ont pénétré le territoire de la Hongrie actuelle il y a à peu près mille ans, sur des chevaux dégoutants, couverts de poils».

Tímea Ocskai

Articles: 
field_vote: 
Votre notation : Aucun(e) Average: 2.5 (4 votes)