Vous êtes iciroms

roms


L’héritage culturel de Jacques Leonard

Récits et photographies de la vie bohémienne à Barcelone

Souvent méconnue du grand public, la culture de ceux qu’on appelait autrefois « Bohémiens » fut le thème d’une soirée projection (deux films) début-juin à l’Institut Français par Romedia. Sa directrice, Katalin Bársony, souhaitait réunir les influences de trois réalisateurs de nationalités différentes mais d’origine commune, puisqu’ils sont issus de la communauté rom.

« Jacques Leonard : El Payo Chac » l’un des films présentés à la soirée, dresse le portrait du personnage singulier qu’est Jacques Leonard. Le projet cinématographique, conçu à partir de ses mémoires et ses 3 000 négatifs de roms barcelonais s’avère être une véritable autobiographie et un héritage unique, de par sa rareté et son originalité.

Couleur locale

Recensement 2011

Combien de Hongrois s’avoueront-t-ils Roms? C’est la grande question du recensement de la population débutant en octobre. Les expériences du passé ne suscitent pas forcément l’optimisme.

 

Quatre blessés à Gyöngyöspata

Une bagarre a éclaté à Gyöngyöspata entre des membres de la milice Véderő et un groupe de Roms le 26 avril. Quatre personnes ont été blessées, dont trois légèrement et une grièvement, et plusieurs interpellations ont eu lieu, a indiqué la police locale mercredi, précisant que le calme était revenu. Selon des témoignages recueillis par l'agence de presse hongroise MTI, la rixe aurait commencé après que des miliciens de Véderő eurent jeté des pierres sur une maison appartenant à des Roms et attaqué un adolescent rom de 14 ans. Des membres de la communauté rom ont ensuite pris à partie violemment les miliciens. Après ces incidents, le porte-parole de la police départementale, Baáint Sltész, a assuré que les forces de l'ordre allaient renforcer leur présence sur place.

Quatre blessés à Gyöngyöspata

Une bagarre a éclaté à Gyöngyöspata entre des membres de la milice Véderő et un groupe de Roms le 26 avril. Quatre personnes ont été blessées, dont trois légèrement et une grièvement, et plusieurs interpellations ont eu lieu, a indiqué la police locale mercredi, précisant que le calme était revenu. Selon des témoignages recueillis par l'agence de presse hongroise MTI, la rixe aurait commencé après que des miliciens de Véderő eurent jeté des pierres sur une maison appartenant à des Roms et attaqué un adolescent rom de 14 ans. Des membres de la communauté rom ont ensuite pris à partie violemment les miliciens. Après ces incidents, le porte-parole de la police départementale, Baáint Sltész, a assuré que les forces de l'ordre allaient renforcer leur présence sur place.

Instrumentalisation de la politique rome

La question des Roms ne doit pas être instrumentalisée à des fins politiciennes» - a affirmé la seule élue d'origine rom du Parlement européen, la conservatrice Hongroise, Lívia Jároka, visant ainsi implicitement les élus de gauche, libéraux et écologistes qui ont dénoncé avec véhémence la politique française à l'égard de la communauté rom. Selon Mme Jároka, le scandale ne réside pas dans le rapatriement de Roms vers leur pays d'origine mais dans le fait que «rien n'a été fait au cours des dernières décennies pour atténuer l'extrême pauvreté » de cette communauté. Selon le site de nouvelle Origo, les députés européens du Fidesz - ainsi que d’autres parlementaires conservateurs – n'ont pas voté la proposition qui demande à la France d'arrêter l'expulsion des Roms suivant le conseil Járóka. Ils soulignent plutôt la nécessité d'une politique européenne sur la question des Roms.

 

 

“Une solution européenne”

“Le centre pour l’ordre public” du Jobbik

Le candidat du Jobbik à la mairie de Miskolc, Márton Szegedi, souhaiterait exclure les Roms criminels récidivistes de la ville et les parquer dans un camp.

La question rome

Depuis le début de l’été, attisés par une importante couverture médiatique, les débats politiques en France ne cessent de tourner autour de la question rome et de ses enjeux au niveau national et européen. Puissent ces débats déboucher sur la mise en œuvre d’une réelle et vaste politique d’intégration de cette minorité, qui reste marginalisée, victime de préjugés tenaces, de discriminations et de violences, malgré les politiques successives menées en faveur de leur intégration, notamment en Hongrie.

Graffitis sociaux

Plusieurs initiatives cherchent à améliorer les conditions de vie des communautés défavorisées à travers la création de fresques murales.

 

 

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu