Vous êtes iciMűcsarnok

Műcsarnok


Genesis : voyage en terres inexplorées

Du 6 septembre au 12 novembre, le Műcsarnok accueille l’exposition Genesis du célèbre photographe brésilien Salgado. Des centaines de clichés en noir et blanc et un voyage au coeur des plus beaux paysages terrestres attendent les curieux.

Tout d’abord il y a le lieu, resplendissant. Műcsarnok est à lui seul une raison de se rendre à l’exposition. L’édifice est à l’image des héros glorifiés sur la même place, majestueux. On ne peut honorer pareil ouvrage autrement que par une exposition de grande qualité et Genesis en est assurément une.

Visions du XXème siècle

Rencontre avec Milorad Krstic´

 

Dessinateur, scénographe, créateur de films d’animation, dont « My baby left me » primé au 45ème Festival du film de Berlin par l’ours d’argent, Milorad Krstic´ vient d’écrire une pièce de théâtre intitulée « Ruben Brandt ». Elle a été jouée et dansée au Mücsarnok de Budapest où s’est tenue une grande rétrospective de ses dessins regroupés sous le titre « Das Anatomische Theater ».

Extase de 7 à 10

Expo

L’art hongrois des années 80 au Mûcsarnok

Le musée Mûcsarnok accueillera une exposition de grande envergure, datant des années 80. Elle portera sur une célèbre formation musicale composée d’artistes peintres. Un projet ambitieux, qui va bien au-delà de cette période dans l’art de la révolte associant récitals littéraires, concerts et séances de cinéma.

Expo Over the counter

«Nous savons que l’art n’est pas un idéal de beauté qui se trouverait en dehors des règles de la société, mais une manifestation de la vie, déterminée par d’autres forces de notre époque desquelles découlent nos vies quotidiennes. Par conséquent, les crises politiques et sociales ne se sont jamais distinguées des crises que l’art a expérimenté. Il existe cependant un court laps de temps entre les deux». Voilà ce qu’écrivait l’artiste peintre et écrivain hongrois Lajos Kassák en… 1925! Il n’est toutefois pas étonnant que cette citation soit reprise en exergue de l’exposition Over the Counter que le Műcsarnok consacre au phénomène de l’économie post-socialiste et à sa relecture dans l’art contemporain. Il a ainsi invité 30 artistes et collectifs originaires de Hongrie, Lituanie, Allemagne, etc. pour interroger le processus de transformation économique qu’ont connu les anciens pays du bloc de l’Est au cours des vingt dernières années.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu