Vous êtes iciPalais des Arts de Budapest

Palais des Arts de Budapest


Mozart et Beethoven réunis pour notre plaisir au Palais des Arts de Budapest

Mozart, Beethoven! Avec Bach, deux des trois plus grands noms de toute l’Histoire de la musique. Et pourtant.... On sait que les deux hommes se rencontrèrent à Vienne au printemps de 1787. Beethoven, encore âgé de seize ans, rendant visite à son aîné de quinze ans, alors au faîte de sa gloire. Contrairement à ce qui est probablement une légende, selon laquelle Mozart aurait déclaré „Faites attention à celui-là, car il fera parler de lui dans le monde”, la rencontre semble être plutôt tombée à plat. Mozart n’ayant vraisemblablement porté qu’une attention distraite au jeu du jeune Beethoven. Mais n’oublions pas que Beethoven, pianiste et improvisateur hors du commun, n’avait encore rien composé (1). Quant à Mozart, nombreux étaient ces petits génies que l’on n’avait cessé de lui présenter, ce qui finissait par le lasser, voire avait le don de l’agacer. Gardant mauvais souvenir des exhibitions auxquelles son père l’avait contraint dès son plus jeune âge, Mozart avait les enfants prodiges en horreur. Donc, rien... Mozart ne cherchant pas à revoir le jeune Ludwig qui, pourtant, avait merveilleusement improvisé devant lui au piano.

Rossini au Palais des Arts de Budapest: un „Barbier” décoiffant

L’anecdote est connue, et parfaitement authentique. La création du Barbier de Séville de Rossini, le 20 février 1816 à Rome, fut une catastrophe. Non seulement copieusement chahutée, la représentation de l’opéra fut jalonnée d’incidents. Le plus cocasse étant l’irruption d’un chat sur la scène, à laquelle le public hilare réagit par des miaulements. Bref, on ne s’ennuyait pas à  l’époque... 

Budapest: Mendelssohn et Schumann réunis dans une Folle Journée (marathon musical)

Depuis 2008, sous l’impulsion de son chef Iván Fischer, l’Orchestre du Festival de Budapest organise chaque année en liaison avec le Palais des Arts de Budapest (Müpa) un „marathon” musical, journée de concerts non-stop entièrement consacrés à un compositeur donné. Après Tchaïkovski, Dvořák, Beethoven, Schubert, Mozart, Bartók, Bach et Stravinsky, le choix s’est porté cette année non sur un, mais sur deux compositeurs: Robert Schumann et Félix Mendelssohn.

Concert Hélène Grimaud à Budapest : les Hongrois sous le charme

S’il est une artiste dont la personnalité sort du commun, c’est bien elle. Hélène Grimaud est connue pour des traits de son caractère parfois suprenants - telle cette phobie de l’asymétrie - et son fort tempérament. D’aucuns la comparent à Glenn Gould dont on sait les caprices. Même s’il lui est arrivé d’annuler des concerts suite à des différends avec un chef (1), la comparaison me semble outrée. Ne serait-ce qu’en raison de son physique, ainsi que du charme et du charisme qui émanent de sa personne. Mais c’est probablement, au-delà de son immense talent, par une autre particularité que la belle Hélène Grimaud s’est fait remarquer: sa passion, son amour pour les loups. Une espèce qu’elle a su apprivoiser et dont elle s’est faite de par le monde l’ardente avocate (2). D’où la question que je me suis posée, apprenant sa venue à Budapest: lui sera-t’il aussi aisé d’apprivoiser le public magyar? La réponse: oui. Et pourtant, la tâche n’était pas a priori si aisée...

Quand les divas se battent en duel...

(Soirée musicale à Budapest)

L’idée était pour le moins originale: „Duel baroque de divas”, tel est le titre d’un concert récemment donné au Palais des Arts de Budapest. A ma gauche, la soprane allemande Simone Kermes; à ma droite, la mezzo colorature américaine Vivica Genaux. Toutes deux amies à la ville, ici confrontées à la scène. Et quelle confrontation! Les murs du Palais des Arts en tremblent encore.... Pour rythmer leur joute, en guise de gong: une Capella Gabetta, ensemble jouant sur instruments anciens aux merveilleuses sonorités.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu