« L’intrigue découverte »

Le merveilleux, la magie et l’enchantement, ce sont bien les maîtres mots de l’exposition consacrée à Farkas Kempelen, génial inventeur du XVIIIe siècle, ainsi qu’aux artistes contemporains influencés par ses étonnantes machines.

L’exposition passe en revue ses réalisations les plus célèbres et les oeuvres d’art contemporain inspirées par ses inventions. En effet, depuis le siècle des Lumières, écrivains, musiciens et plasticiens n’ont cessé d’être fasciné par les machines de Farkas Kempelen. Parmi celles-ci, les grandes vedettes de l’exposition sont deux de ses réalisations les plus renommées : Le Turc mécanique et La machine à parler.

Du 9 au 22 avril

Lundi 9 avril

 

Pâques à Ópusztaszer – une journée pour connaître les traditions de la Pâques hongroise.

De 10 à 14h au Musée en Plein Air d’Ópusztaszer

(68 Szoborkert, Ópusztaszer )

 

Festival de vin de printemps – dégustation de vin, concerts de Misztral , de Jambalaya et de Völgyessi Szomor Fanni

Toute la journée au Parc de la Mairie du 5e arrt (Városházpark, 9-11 Városház u)

 

Dans le jardin de Budapest chez la famille Hernyák

Après deux semaines de travail- jour et nuit- je n’avais qu’une envie: sortir de Budapest et passer une journée à la campagne. Comme on ne voulait pas perdre beaucoup de temps avec le voyage, mais goûter de bons vins, respirer l’air de la campagne, Etyek nous a paru une bonne destination pour ce samedi ensoleillé.

Etyek, petit village situé à 45 minutes de Budapest, devient de plus en plus attractif. Tous les ans, au mois de mai, les vignerons organisent la fête du vin. Le paisible village s’anime pendant ces quelques jours grâce aux amateurs de vins. La construction d’un studio de cinéma et un nouvel hôtel 5 étoiles aideront aussi à attirer les touristes.

A vos casseroles !

Fruits d’hiver à l’italienne

 

4 pommes acidulées

4 poires

20 g de beurre

20 g de sucre de canne

1/2 gousse de vanille

Pour la meringue :

4 blancs d'oeufs

4 cuillerées à soupe de sucre glace

1 cuillerée à soupe d'amandes effilées

C’est nouveau !

 Et voila, le nouveau «prodige médiatique» de la cuisine française a encore sévi !

La chronique du palais de Natacha Guego

L’ancien Vörös és Fehér, rouvert depuis janvier dernier par de nouveaux propriétaires (dont l’un des propriétaires de Bortársasàg), s’est transformé en un véritable petit bistrot un peu branché et plutôt sympa. Le décor floral et coloré des murs fait contraste avec les tables recouvertes de nappes blanches et les chaises bistrot en bois noir. L’endroit est presque plein, même le midi, bien que la décoration ne soit pas encore tout à fait terminée.

La politique au gré des sondages...

Depuis les élections municipales d’octobre 2006, les sondages mesurant la popularité des deux grands partis politiques en Hongrie ( le parti socialiste (MSZP) et le Fidesz) peuvent laisser perplexe. En effet, malgré la chute de popularité considérable qu’a subi le parti socialiste au pouvoir à la suite du dévoilement de son programme de réformes, il semble désormais que l’opinion publique témoigne d’un soutien plutôt stable à son égard. Analyse.

La tentation Facile

Prenez une ancienne usine désaffectée derrière la gare Keleti, saupoudrez d’un peu de lumière tamisée, arrosez d’un zeste de «branchitude», ajouter un soupçon de «people» et vous obtiendrez LE défilé où toute la population féminine de la communauté française se trouvait mercredi 28 mars dernier. Et d’autres.

Ildikó Facsány, la créatrice de Facile, nous a concocté une collection gaie et colorée pour les grandes et les petits.

Ede Sinkovics dialogue avec les maîtres de la peinture française

L’Institut Français expose, du 20 mars au 13 avril, dix toiles de célèbres peintres français «revues» par un jeune artiste hongrois, Ede Sinkovics. Ce jeune peintre, né en Vojvodine, s’est lancé dans le délicat exercice qu’est le «remake». Mais, loin d’être une simple imitation ou une reproduction fidèle, ses tableaux se présentent avant tout comme un formidable espace de recherches picturales et techniques. Son travail nous propose de redécouvrir, entre autres, des maîtres comme Delacroix, Manet ou Seurat à travers un jeu de dialogues picturaux qu’il engage avec eux avec passion, doute et aussi humour.

PETITE PIAPIATERIE avec Christophe Thomet, nouveau directeur de la médiathèque

Avis à tous : notre nouveau directeur de la médiathèque à l’Institut français est un homme charmant. Un physique à la Aramis, une conversation drôle et incisive et une parfaite courtoisie. Oui, presque un homme d’un autre siècle et pourtant…

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu