Vous êtes iciRevue de presse

Revue de presse


By JFB - Posted on 25 août 2008

Morts héroïniques

Neuf personnes, âgées d’une trentaine d’années et toxicomanes depuis environ 5 ou 6 ans, sont mortes au mois août d’une overdose d’héroïne. En un mois le nombre des victimes a atteint le nombre annuel d’overdoses généralement recensé en Hongrie. Les experts de la police et des associations civiles déclarent pourtant unanimement que ce nombre élevé n’est qu’une coïncidence et que le nombre de consommateurs d’héroïne n’a pas augmenté. Il serait constant, autour de 4000 à 5000 toxicomanes, depuis les années 90.

Cependant les experts ajoutent que la cause de la mort de ces neuf personnes trouve son origine dans une drogue “trop propre”, d’une concentration en héroïne pure plus élevée que d’habitude. Un changement du trafic pourrait donc également être à l’origine de cette brusque augmentation des victimes.

Au début du XXe siècle, l’héroïne était un produit pharmaceutique légal en Hongrie, comme partout dans le monde. (L’héroïne et l’aspirine étaient les deux produits les plus populaires de l’entreprise Bayer). Dans les années 50, le régime communiste a régularisé et limité la consommation d’héroïne, mais après le changement de régime, la Hongrie a de nouveau fuguré sur la carte européenne des amateurs de ce stupéfiant, les filières albanaises et turques étant favorisées par les consommateurs hongrois. De nos jours les choses sont plus diversifiées – a expliqué le directeur du département des stupéfiants de la Police de Budapest, Péter Varga, au magazine HVG. La mafia est désormais composée de groupes multinationaux au lieu des relations ethniques d’autrefois. L’héroïne provient surtout des champs de pavot afghans dont les propriétaires sont hongrois et transite via la Roumanie.

Les experts soulignent qu’il faut réagir vite à ces changements sur le marché de la drogue et le parlement hongrois promet d’élaborer une proposition de loi pour septembre. Selon certains experts il faudrait créer des endroits où les toxicomanes pourraient faire contrôler les stupéfiants, comme il en existe en Suisse ou aux Pays-Bas. D’autres suggèrent de créer des “chambre de shoot” où des médecins rempliraient les doses de substances contrôlés et aideraient les toxicomanes à se piquer. Les lois hongroises actuelles ne permettent pas d’envisager des solutions aussi libérales, et la question se pose encore de savoir s’il faut rendre la réglementation actuelle plus souple ou plus stricte… Selon un sondage du Marketing Centrum, les lois restrictives n’empêcherait que 5% de la population hongroise de consommer des drogues. 86% d’entre elle ne le fait pas par peur du danger.

(HVG, Magyar Narancs, Népszabadság)

 

Bilan du Sziget

Le festival Sziget qui ne durait que 5 jours cette année a battu le record des années 2005 et 2006 lorsque 385 000 personnes s'étaient alors rendues sur l'île pour des festivités qui duraient 7 jours à cette époque. La majorité du public s'est intéressé au programme du samedi, soit 70 000 personnes, en particulier lors du concert de R.E.M. Selon le directeur du Sziget, Károly Gerendai, le programme et le beau temps ont également contribué à la popularité du festival dont les organisateurs ont augementé la capacité d'accueil de 5000 par jour cette année. Ainsi le Sziget Kft. peut-il se réjouir d'un bénéfice de 100 millions de HUF.

Autre nouveauté: cette années des policiers anglais et français se sont rendus au festival pour épauler leurs collègues hongrois, qui ont ainsi rencontrés moins de délinquance que l'année dernière. Par ailleurs, 314 médias provenants de 44 pays ont documenté le festival. Les organisateurs mettront deux semaines pour rétablir l'orde habituel de l'île Hajógyári.

(Index, MTI, Népszabadság)

 

 

 

Trésor du Danube

 

Des plongeurs hongrois ont découvert un bateau de 480 ans dans le Danube lors d’un projet organisé pour découvrir les reliques historiques se cachant dans le limon. Ils ont lancé les recherches d’après des documents historiques selon lesquels, après la perte de la bataille contre les Turcs à Mohács en 1526 et la mort du roi, la reine Marie s’est enfuit vers Vienne sur une flotte de bateaux remplis d’or et de bijoux. A l'aproche d’Esztergom, des bandits ont attaqué son bateau qui a coulé avec ses trésors à jamais disparus. 10 millions de HUF ont déjà été dépensés pour ces recherches, mais il manque encore 5 millions de HUF pour sortir le trésor hors des eaux. Jusqu’à ce que les moyenes financiers suffisants soient trouvés, un service de garde surveille l’endroit pour que des curieux ne puissent s'en approcher.

(MTI, 168óra)

 

Télé vs. ministre des finances

La chaîne d'informations, Hír TV, connue pour sa sympathie envers la droite, accuse Viktor Tóth, le chef de campagne du ministre de finances János Veres, d'avoir caché de la drogue dans un véhicule de la chaîne afin de la compromettre. La chaîne a publié un enregistrement sonore prouvant qu’un avocat, agissant pour le compte de Viktor Tóth, demande à un dealer de cacher un sachet de drogue dans la voiture de deux journalistes qui faisaient une enquête sur János Veres.

Ce dernier a déclaré que c’était au contraire la chaîne Hír Tv qui avait inventé toute l’histoire pour créer un scandale. Entretemps, le dealer a disculpé le ministre en expliquant que les journalistes avaient monté ce coup avant de manipuler l'enregistrement d’une discussion avec lui. Le débat continuera devant le Parquet.

(HVG, Népszabadság)

 

 

 

 

Aucu vote pour l'instant.
Étiquettes

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu