Vous êtes iciRevue de presse

Revue de presse


By JFB - Posted on 08 février 2008

Référendum anticipé

Le président, László Sólyom, a finalement retenu le 9 mars, au lieu du mois d’avril comme le prévoyaient les parlementaires, pour la tenue du référendum. Après le MSzP (voir le JFB nº255), le Fidesz et le SzDSz ont désormais commencé leur campagne. Celle du Fidesz a débuté avec le message fort selon lequel la victoire du oui au réfrendum, c’est-à-dire le rejet de la réforme de la santé et des droits d’inscription dans l’enseignement supérieur, provoquera la chute du gouvernement. Parallèlement, les slogans du SzDSz „Dites non au socialisme” et ses discours attaquent le Fidesz en soulignant que ce parti, qui avait fortement participé au changement de régime au début des années 90’, souhaitait désormais stabliser un système hérité de l’ancien régime.

Les analystes politiques déclarent que ce référendum anticipé est plutôt favorable à l’oppostion formée par le Fidesz, le MDF et le KDNP. Les sondages rapportent en effet que 46% des électeurs se prononceraient contre les réformes du gouvernement, qui ne seraient ainsi soutenues que par 22% des votants.

Cependant, les sondages perdent rapidement leur valeur, surtout depuis la décision de Sólyom, et le nombre des adversaires des réformes, qui prévoient aussi la chute du régime Gyurcsány après son éventuel échec lors du référendum, baisse continuellement. Paralèllement à ce phénomène, terrifiés par la possibilité d’une victoire éclatante de l’opposition, les sympathisants du gouvernement, jugés souvent passifs, semblent s’activer. De plus, selon l’hebdomadaire HVG, les électeurs craignent de plus en plus d’être catégorisés en tant que sympathisants du Fidesz ou du MSzP et de servir ainsi la lutte personnelle des deux présidents de parti, Viktor Orbán et Ferenc Gyurcsány. Ainsi l’opinion publique semble-t-elle se diversifier et, ce, juste avant la dernière ligne droite, preuve que le référendum pourrait réserver des surprises.

(HVG, 168 óra)

Les trois questions du référendum:

1. Etes-vous pour l’exemption des droits d’inscription appliqués aux étudiants suivant des formations publiques?

2. Etes-vous pour l’exemption des frais de consultation pour les traitements dentaires, ambulatoires et auprès des médecins de famille à partir du 1er janvier de l'année suivant ce référendum ?

3.Etes-vous pour l’exemption des frais journaliers pour le traitement des malades alités dans les hôpitaux à partir du 1er janvier de l'année suivant ce référendum ?

Départs des proches de Gyurcsány

Fin janvier, au cours de la même semaine, deux secrétaires d’État du Bureau du Premier Ministre, Zoltán Gál J. et Gábor Szetey, reconnus comme faisnt partie des collègues les plus engagés et les plus fidèles de Ferenc Gyurcsány, ont annoncé leur départ l’un après l’autre. Selon l’hebdomadaire de droite Heti Válasz, ces démissions affaiblissent fortement le Premier ministre.

Selon Magyar Narancs, Gábor Szetey et le directeur de cabinet, János Gál J. renoncent à leur postes car des modifications radicales sont envisagées dans la structure du Bureau du Premier ministre. Officiellement Zoltán Gál J. invoque des priorités familiales avec la naissance de son premier enfant, alors que Magyar Narancs souligne que Ferenc Gyurcsány a pressé ce pas. Étant responsable de la communication des réformes, Zoltán Gál J. a dû faire face à plusieurs reprises à des critiques sur son travail.

Gábor Szetey, dont le 31 janvier représentait le dernier jour en tant que secrétaire d’État responsable des relations humaines, explique sa décision par une autre opportunité professionnelle. Il rejoint ainsi le secteur privé auprès de son précédent employeur Philip Morris, après avoir lutté contre le système Hay (dans lequel le salaire est en fonction des performances) dans l’administration publique où, selon l’ex-secrétaire d’Etat, les critiques ne sont pas assez vives envers l’inefficacité de certains employés de l’administration publique, et, ce, bien que les salaires, significativement plus bas que dans le secteur privé, ne permettent donc pas d’attirer les meilleurs experts. Dans une interview accordée au Figyelô, il affirme que l’actuelle politique de restriction budgétaire n’encourage pas ce type de changements.

(Magyar Narancs, Figyelô, Heti Válasz)

En bref

Quartier gouvernemantal: factures non remboursées

L’Etat ne paie pas les architectes du quartier gouvernemental dont la construction a été suspendue en janvier (voir le JFB nº255). Le groupe Team0708, dirigé par les architectes hongrois Péter Janesch et japonais Kengo Kuma, n’a reçu en tout et pour tout que 20 millions de HUF pour le premier prix du concours architectural remporté pour ce projet. Cependant, selon les informations d’Index, le gouvernement n’a pas rétribué le travail des architectes, soit quelques centaines de millions de HUF. La situation devient de plus en plus complexe car l’organe responsable des paiements, la Direction du Trésor de l’Etat, a depuis été fermé. Son successeur, la Gestion du Trésor National Zrt., n’a pas répondu aux questions d’Index.

(Index)

Pause dans le projet Pécs 2010

Pas de directeur artistique, pas de conception, pas de contrat. C’est l’état actuel du projet Pécs 2010, Capitale européenne de la culture. Après le départ du troisième directeur artistique, Márton Méhes, de la tête de l’organisation de l’évènement, le maire de Pécs, Péter Tasnádi, n’a pas signé les contrats nécessaires et n’a pas non plus fait parvenir la conception définitive du projet, alors que le délai était fixé au 15 décembre 2007. Pour autant, le maire ne pense pas que le gouvernement envisage de retirer à la ville son titre de Capitale européenne de la culture.

(MTI)

Les forêts du Vatican en Hongrie

Le Vatican fait planter une forêt de sept hectares en Hongrie à côté du village de Tiszakeszi, dans le cadre du commerce des émissions de CO2 à l’échelle européenne. En échange de la fôret plantée pour 23 millions de HUF par l’entreprise hungaro-américaine Planktos-KlímaFa Kft., le Vatican rachète son émission excessive de CO2 auprès de la Hongrie, ainsi le Vatican sera le premier Etat neutre en CO2 en Europe.

(Népszabadság)

Aucu vote pour l'instant.
Étiquettes

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu