Vous êtes iciJardins et cathédrales de 2 parisiens hongrois

Jardins et cathédrales de 2 parisiens hongrois


By JFB - Posted on 06 avril 2012

L’exposition AATOTH FRANYÓ-ERVIN PATKAI

La galerie Várfok crée de véritables événements dans ses nouveaux espaces : des sculptures et des toiles de deux artistes y sont exposées. Plus célèbres au-delà des frontières hongroises  que dans leur patrie, Aatoth Franyó et Ervin Patkai sont devenus amis à Paris. 

 


 

La monumentalité des cathédrales apparaît dans la série des bronzes du sculpteur Ervin Patkai. Ces œuvres préfigurent les très grandes sculptures érigées dans plusieurs régions de France, notamment dans les universités et les centres villes, ou encore dans le village olympique de Grenoble, à la maison de la culture d’Orléans. Ce plasticien était un grand urbaniste, ses projets furent réalisés en étroite collaboration avec des architectes. En tant que conseiller artistique pour les villes nouvelles, il a proposé d’intégrer sculpteurs et architectes lors de l’aménagement de Marne-la-Vallée. Il a d’ailleurs débuté sa carrière à Paris très jeune, et dans des conditions modestes, à l’image d’un réfugié. Après les Beaux Arts, il s’essaye dans divers matériaux, toujours très inventif. Il perfectionne par la suite la technique du polyester, travaille la terre et le plâtre, et s’intéresse à la technique du moulage. Très vite, il sera invité régulièrement dans des salons, à commencer par la 2ème Biennale de Paris, en 1961. Ses réflexions sur la sculpture au seuil d’une nouvelle ère sont importantes dans ses écrits, tout comme ses cathédrales, exposées à la Galerie Várfok. Il a enseigné à la Sorbonne – mais a trouvé la mort à l’âge de 48 ans, suite à un incendie dans son atelier. Il avait plein de projets à venir. Ainsi, son œuvre déjà riche et complexe, s’acheva prématurément. Il fut aussi membre fondateur de la revue "Atelier hongrois", une revue éditée par des parisiens hongrois. C’était un homme à la personnalité tourmentée et mystique – se rappellent certains – quelqu’un de très populaire à Paris, apprécié pour son humour. Dans son atelier, beaucoup d’artistes se réunissaient, selon Eszter Forrai, poète parisienne hongroise. Elle  se  rappelle également de l’amitié entre Patkai et Aatoth Franyó. Ils s'étaient "épaulé" durant leurs années universitaires, au cours de la construction de nouveaux centres urbains,  dirigées par Patkai. C’est ici que les deux artistes se sont connus et qu'ils sont devenues amis.

Aatoth Franyó est un artiste polyvalent: réalisation de documentaires pour la télévision, peinture, il a également créé la pochette du 6ème album pour le groupe Noir Désir, "Des visages, des figures". Il a parcouru le monde, travaillé en Amérique et dans les larges steppes de Mongolie. Dernièrement, il est allé chercher de l'inspiration en Thaïlande, dans des jardins secrets, des scènes surréelles se suivent, où ses personnages sont souvent dans des situations comiques. Il apporte ensuite un regard des plus sérieux (qui alterne également avec le burlesque), qui vise la société humaine. Vous pourrez observer ses œuvres à la galerie, ainsi qu'un livre illustré qui vient de paraître également  dans une version française.

Várfok Galéria, 1012 Budapest, Várfok u. 11  

Ouvert du mardi au  samedi de 11h à 18h jusqu’au 7 avril

Livres : Júlia Cserba, Artistes d’origine hongroise en France (1903-2005), Vince Kiadó, Budapest, 2006

Franyó Aatoth : Oeuvres – textes de Danilo Lombardo, Júlia Cserba, feLugossy László, Fiorenza Tomarchio, publié par Várfok Galéria, Budapest, 2012

Éva Vámos

 

 

Aucu vote pour l'instant.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu