Vous êtes iciRevue de presse

Revue de presse


By JFB - Posted on 29 novembre 2007

 

Sziget interdit ?

Selon Károly Gerandai, le directeur du Festival Sziget, le maire d’Újpest, Tamás Derce, s’opposerait au bon déroulement des festivals à venir.

Derce a porté plainte contre le Sziget en demandant au tribunal d’obliger les organisateurs à finir les concerts à 22h. Le maire a souligné qu’il ne prenait pas position contre le Sziget, mais qu’il soutenait les habitants d’Újpest qui doivent supporter un niveau de bruit très élevé pendant une semaine chaque année ou même sont contraints de déménager temporairement durant cette période. Les mesures prises de nuit par l’expert juridique délégué prouvent que le niveau sonore a dépassé le taux autorisé. Ainsi la mairie conseille-t-elle aux organisateurs de trouver un nouvel endroit pour le Sziget, si possible hors de Budapest.

Du côté du festival, Károly Gerendai pense que la mairie d’Újpest a baissé le niveau de bruit autorisé pour se débarrasser d’eux. S'il reconnaît que le festival peut déranger quelques riverains, il pense néamoins que cela ne donne le droit à personne d’interdire le Sziget. En effet, d’après leurs sondages, seulement 7% des habitants d’Újpest ont déclaré que l’évènement troublait leur repos la nuit. Par ailleurs, toujours d'après leurs calculs, si les concerts cessaient à 22h, les trois-quarts du public cesseraient de fréquenter le festival.

Le maire de Budapest, Gábor Demszky, demande à Derce de ne pas négliger la réputation internationale du Sziget. Il insiste sur le fait que les parties peuvent résoudre ce problème en discutant des conflits sans en arriver au procès. Jusqu’à présent, c’est le Bureau de la mairie de Budapest qui se charge d’agir comme médiateur entre les arrondissements, les organisateurs et les autorités pour pouvoir assurer la continuité du festival.

(MTI, Népszabadság)

Course à l’assurance pour les chauffeurs

En novembre, les sociétés d’assurances débutaient une vaste campagne pour convaincre les chauffeurs de taxi. Selon la loi hongroise, les propriétaires de voitures doivent résilier ou reconduire leur contrat annuel d’assurance auto obligatoire d'ici la fin d’année. Les experts estiment qu’environ 700 000 conducteurs changeront d'assureur en fonction des prix proposés contre 500 000 l’année dernière.

Les prix pratiqués par certaines sociétés peuvent atteindre trois ou quatre fois ceux de leurs concurrents. Cette année, les sociétés tentent de séduire des groupes spécifiques de clients et de faire souscrire à leurs clients des contrats sur internet.

Le leader du marché, Allianz, a créé une entreprise sur internet pour vendre des assurances online avec des réductions pour les jeunes et les citadins qui, selon les sondages, utilisent plus fréquement le web et changent d'assurance plus facilement que les autres. De la même manière, son concurrent Generali a créé un service identique en ligne, Genertel, qui offre des services plus simples et plus économiques pour les utilisateurs que la société mère. Genertel affiche les prix les moins élevés sur le marché pour la catégorie B10: les chauffeurs sans accident depuis dix ans, soit quelque 36% des conducteurs. Le troisième assureur, K&H, compte sur des clients en province, tandis que le quatrième, Aegon, assure une réduction de 40% pour les chauffeurs père ou mère de famille.

La bataille qui fait rage réorganise chaque année le marché des assurances.

(Népszabadság, fn.hu)

Tokaj vin-dicatif

Les viticulteurs de Tokaj manifestent contre une centrale thermique biomasse s’installant dans la région viticole, qui fait partie, rappelons-le, du patrimoine mondial de l’UNESCO. „La centrale changera le climat de la région, et elle mettra en danger la formation du brouillard matinal nécessaire au raisin spécifique de Tokaj”, explique László Mészáros, à la tête de l’Association Tokaj Reneszánsz et de la Cave Disznókô, propriété française. Les producteurs estiment qu’à cause de cette centrale biomasse, une centaine de camions transportant de la paille traversera la ville de Tokaj. De plus, une digue défigurerait le paysage historique de la région. Ainsi, les viticulteurs et des associations civiles écologistes ont-ils demandé un rapport détaillé à l’UNESCO sur cette affaire.

Le copropriétaire de l’investisseur BHD Zrt, Ottó Hujber, a démenti les accusations. Il a souligné que le plan du bâtiment a été modifié à trois reprises pour satisfaire les exigences des uns et des autres: „On a enfoui les fondations à 6,5 mètres sous terre, sur une colline de 5 mètres que l’on entourera d’arbres. De plus, on a éloigné tout le projet de 150 mètres de la route nº3”. Par ailleurs, l’entrepreneur affirme que seuls 15 camions de plus emprunteraient les routes de Tokaj où actuellement 1100 véhicules passent régulièrement. Il promet qu’il aidera à constituer un lobby auprès des autorités pour construire une route passant hors de la ville de Tokaj.

La mairie de Szerencs, à la frontière de la région de Tokaj, a déjà accepté le projet qui se réalisera dans son voisinage. Cet investissement „vert” assurerait un emploi à quelque 130 personnes dans une région où le taux de chômage est l’un des plus élevés en Hongrie.

(HVG)

Gábor Talmácsi champion du monde

Le pilote hongrois du groupe Bancaja Aspar, Gábor Talmácsi, a décroché le titre de Champion du monde de MotoGP dans la catégorie 125cc après le Grand Prix de Valence. Gábor Talmácsi, âgé de 26 ans, est ainsi devenu le premier champion du monde hongrois de cette discipline.

(Nemzeti Sport)

 

„Israel achète la Hongrie”

Des intellectuels et des politiciens hongrois de droite ont demandé des explications dans une lettre publique après la déclaration du président israélien, Shimon Pérès, le 10 octobre à Tel-Aviv: „L’économie d'Israël a connu des succès uniques cette année. Le pays a atteint son indépendance économique, on achète Manhattan, la Pologne et la Hongrie”. Le 5 novembre, le président a envoyé sa réponse à l’Agence de Presse Hongroise dans laquelle il assure qu’il voulait seulement souligner l’importance des investissements et des relations d’affaires fructeuses pour toutes les parties.

(Magyar Nemzet, MTI)

Médias mentionnés:

FN.hu – le site de l’hebdomadaire économique Figyelô

HVG – hebdomadaire économique et politique. Tirage: 106 000 ex.

Magyar Nemzet - quotidien de droite publié pour la première fois en 1938 en tant que journal conservateur libéral de l'opposition. Tirage: 80 000 ex.

MTI – l’agence de presse nationale existe depuis 1881

Népszabadság – quotidien politique, le plus gros tirage de toute la presse hongroise: 150 000 ex.

Nemzeti Sport – quotidien de sport. Tirage: 112 000 exemplaires

Aucu vote pour l'instant.
Étiquettes

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu