Vous êtes iciSziget 2011

Sziget 2011


By JFB - Posted on 08 août 2011

On l’attendait, il s’est fait désiré, mais enfin… Le coup d’envoi du Sziget a sonné !

 

Au rayon nouveautés, le Chapiteau de Musique Tzigane sera agrandi pour fêter ses dix ans. Le site de la musique électronique alternative, Meduza, va doubler de volume, au vu de sa fréquentation élevée l’an passé. Un nouveau site sera dédié à l’amour et à la santé, le Sziget Paradise. Une carte spéciale Budapest sera disponible pour découvrir la ville qui entoure le Sziget, le Citypass, donnant accès aux transports publics, aux spas/plages, navettes et bateau (voir conditions sur www.szigetfestival.fr). Enfin, changement majeur, la monnaie en espèces disparaît du festival, remplacée par la “Festival card”, une solution de paiement sans coordonnées bancaires avec une carte prépayée. Pas d’inquiétude, plusieurs points de vente, services d’assistance, hôtesses et experts seront à votre disposition pour vous guider.

Comme à son habitude, l’île d’Óbuda accueillera un mélange éclectique de la scène musicale internationale, le tout orchestré dans une ambiance joviale. Voici une sélection exhaustive des quelques artistes qui viendront rythmer cette édition.

 

Mardi 9 août – Day 0

Pour ouvrir le bal, ni plus ni moins que l’icône américaine de la pop/funk… Prince! Certes, les organisateurs l’ont annoncé assez tardivement, mais Prince Rogers Nelson a bien choisi le Sziget, et sa Grande scène (à 19h00). Il y dévoilera notamment des extraits de son dernier album "20Ten", fraîchement sorti. L’artiste aux multiples facettes, à la fois chanteur, danseur, et guitariste, va très probablement, comme à son habitude, assurer un show tout en improvisation. Une chose est sûr, sa venue sera incontestablement l’un des événements de ce Sziget.

 

Mercredi 10 août

Pour cette journée d’ouverture, gros coup de chaud en perspective. Avis aux amateurs de punk-rock avec au programme le quatuor de Chicago, Rise Against (18h00, Grande scène) et les pionniers du skate punk, Suicidal Tendencies (21h50, scène A38-WAN32). Mais entre deux, haie d’honneur au mythique groupe britannique de heavy métal Motörhead, et son emblématique chanteur/bassiste Lemmy, qui embraseront la scène Rock & Métal, à 20h30. La scène Musiques du Monde accueillera à 21h30, Afrocubism, un jumelage de musiques africaine et cubaine. Pour la petite histoire, ce projet fut avorté il y a 14 ans, les maliens n’ayant pu se rendrent aux Caraïbes en raison de problèmes de visa, ce qui avait "par défaut" fait naître le Buena Vista Social Club ! Ce sera l’occasion également de (re)découvrir un grand nom de la scène Magyar, Quimby, groupe très éclectique aux textes satiriques (21h30, scène MR2). Enfin, l’électro des australiens d’Empire Of The Sun (19h30-Party Arena), célèbres notamment, pour leur tube envoutant "Walking On A Dream".



Jeudi 11 août

A peine le temps de vous remettre de vos émotions et c’est reparti. Une pluie d’artistes britannique vont se succéder sur la Grande scène. Ça débute avec le duo d’électro-pop La Roux (16h30), suivi de la référence rock du moment, Kasabian (19h45). Et vous aurez beaucoup de mal à quitter les parages, puisque The Chemicals Brothers (21h30), dans le civil Tom Rowlands et Ed Simons, légende mondiale de l’électro, vous feront bondir aux rythmes de leur beat! Talent indemne, voilà plus de 15 ans que ce duo sévit sur les dancefloor.

Et pour les adeptes endurcies du heavy speed métal, les riffs les plus rapides d’Europe avec les allemands d’Helloween (19h00) et les anglais des 70’s, tout de cuir vêtues, Judas Priest (20h30). Tout deux se produiront sur la scène…Rock & Métal bien sûr!

 

Vendredi 12 août

"Les jours se suivent et ne se ressemblent pas"… Sympathique proverbe, mais on serait à nouveau bien partant pour "faire un bœuf" avec les britanniques, il suffit de demander, la Grande scène s’y emploie: le rock énergique de Skunk Anansie (18h00) qui, après une courte pause, s’est reformé en 2008. Puis, doté d’un style sans pareil, le londonien Dizzie Rascal (19h45), l’un des précurseurs du courant "grime", un mélange de hip hop/électro/dancehall, permettant d’obtenir des bases rythmiques saccadées. Clou du spectacle, pour répondre à l’écho émit hier par The Chemicals Brothers, la machine à big beat made in UK, The Prodigy (21h30). Toutefois, pour ceux qui souhaiteraient se stimuler plus paisiblement les tympans, les suédois Peter Bjorn & John vous serviront leur mélodies aux sonorités rock électro, à 20h10 sur la scène A38-WAN2. Le cas échéant, on vous recommande définitivement Deftones, à 20h30 sur la scène Rock & Métal.

 

Samedi 13 août

C’est déjà le week-end! La délicieuse londonienne Kate Nash (à 18h00, Grande scène) saura vous bercer sur ses douces mélodies et ses textes remplis d’humour… traduction, de la pop libéré! Et que dire de Kaiser Chiefs…Le groupe rock britannique. Après avoir assuré les premières parties de U2, lors de leur tournée 360°, et par la même occasion élargi leur notoriété, ils n’auront assurément plus besoin de faire leurs preuves (à 19h45, Grande scène). 21h30, un choix s’impose : Sur la Grande scéne, le néo métal des américains, 30 Seconds To Mars, fondé par l’acteur Jared Leto, feront leur retour sur Terre. Ou bien, sur la scène Musiques du Monde, la fanfare tzigane Goran Bregovic Wedding And Funeral Band. Assortiment de polyphonies traditionnelles bulgares, guitares électrique, percussions, cordes et chants d’église orthoxe, cet orchestre des Balkans vous offrira un spectacle unique. A l’image de son compère réalisateur Emir Kusturica, pour qui Goran a composé certaines des bandes originales, ils vous feront voyager aux "Temps des Gitans".



Dimanche 14 août

Dernier jour… Gogol Bordello, cette troupe new-yorkaise aux accents tzigane, est réputé pour son sens du spectaculaire (Grande scène, à 16h30). Au menu, chants, guitares, accordéons, percussions, violons, … et performances! Suivent leurs compatriotes The National, à 18h00, mélange de country-pop et de rock indépendant, s’appuyant sur une voix grave, il en résulte une atmosphère obscure. A 19h45, les gallois de Manic Street Preachers, qui ont la fâcheuse tendance à être étiquetés au rayon provocateurs, mais qui demeurent avant tout un groupe de rock très dynamique sur les planches. Sur la scène A38/WAN2 à 18h15, Choc Quib Town. Composé de jeunes afro-colombien, leur musique propose un mélange de rythmes traditionnels de la côte Pacifique avec des éléments électroniques de hip hop, de funk, de reggae jamaïcain et de salsa. Leurs prestations rassemblent des rythmes tonitruants, reposant sur des battements urbains, type dancehall, salsa, rumba et rythmes afro-colombiens traditionnels.

Juilen D.

 

Aucu vote pour l'instant.

Publicité

 

Le JFB sur Facebook

 

Syndication

Syndiquer le contenu