Une visite judicieuse

Orbán en Allemagne

 

Il est très intéressant d’observer les quelques déplacements à l’étranger que Viktor Orbán, chef de fil du gouvernement hongrois, a entrepris depuis son arrivée au gouvernement. Le choix de ces destinations n’est pas le fait du hasard. Le voyage entrepris par Orbán en Allemagne a eu vocation à consolider les relations hungaro-germaniques déjà très fortes.

Le 5 mai 2011, le chef du gouvernement hongrois a donc rencontré d’Angela Merkel, la chancelière allemande, qui l’a remercié pour le travail déjà accompli à la tête de la présidence de l’Union européenne et lui a confirmé le soutien de l’Allemagne dans cette tâche. Le chef de fil hongrois a exprimé sa gratitude, notamment pour le soutien allemand concernant l’adhésion de la Croatie. Il a estimé que les deux pays partageaient une vision commune des dossiers européens stratégiques.

 

La raison malgré les oppositions

L’Allemagne toutefois a exprimé une opposition virulente à la loi sur les média hongroise par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères mais aussi à travers ses média : « Atteinte à l’intérêt public » criait l’un, « à l’ordre public et à la morale » rajoutait l’autre.

Malgré ces divergences, Merkel a accueilli sereinement Orbán même si Constanze Stelzenmüller, experte du German Marshall Fund à Berlin et ancienne journaliste de l’hebdomadaire Die Zeit, déclarait âprement : « La Hongrie représente un défi très sérieux pour l’Union européenne » et ajoutait un peu plus tard que : « Orbán n’a jamais caché son mépris pour la démocratie parlementaire ». Mais Angela Merkel qui a elle même nommé un ancien porte parole à la tête d’une chaîne publique, a su afficher un discours qui prend en compte les intérêts économiques de l’Allemagne en Hongrie.

 

Les PME, un créneau porteur

Les investissements allemands en Hongrie sont donc apparus comme un des piliers de la « réconciliation » entre les deux pays. Viktor Orbán et Angela Merkel se sont attachés à rappeler les moyens à mettre en place pour inciter les investisseurs allemands à s’installer en Hongrie dans les domaines porteurs d’emplois. Cette démarche a été soutenue par le ministre de l’Economie hongrois, György Matolcsi, qui soulignait lors d’une rencontre avec les PME allemandes : « ils est aujourd’hui indispensable de renforcer le réseau des PME en Hongrie ». Aujourd’hui, la présence industrielle allemande en Hongrie se concentre principalement dans la filière automobile (Audi, Mercedes-Benz et GM-Opel).Tirée par l'économie allemande, la Hongrie a ainsi dégagé un excédent commercial de 831 millions d'euros en février 2011 (plus du double de celui de février 2010). Le problème reste que ce secteur d’activité ne peut faire appel à des fournisseurs hongrois, pas suffisamment organisés. Il se tourne donc vers les fournisseurs allemands. Il semble dès lors nécessaire de développer le marché hongrois dans ce secteur, par l’intermédiaire des PME. C’est ce que les différents acteurs politiques ont rappelé.

Orbán Viktor a conclu cette rencontre en affirmant qu’il est dans l’intérêt de la Hongrie que l’économie allemande se porte bien.

Hamid Hammad

Articles: 
field_vote: 
Aucu vote pour l'instant.